Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

La Chine, 2e capitale mondiale de la climatisation après les États-Unis

À l’avenir, la demande mondiale d’électricité dédiée à la climatisation augmentera pour atteindre l’équivalent de la consommation actuelle de toute l’Union européenne.

Sur les 1932 térawattheures d’électricité mondiale utilisés par les systèmes de climatisation commerciaux et résidentiels, 54 % sont consommés par la Chine et les États-Unis, selon le BlommbergNEF (BNEF). Les deuxièmes plus gros consommateurs d’électricité sont l’Inde, l’Arabie saoudite et le Japon qui viennent compléter un groupe représentant les deux tiers de la demande mondiale en climatisation.

En 2050, le besoin mondial en climatisation pourrait doubler pour atteindre 4 764 térawattheures. Ce qui équivaut à 12 % de la demande mondiale d’électricité, selon BNEF qui déclare également que 85 millions d’équipements de climatisation ont été vendus en 2010 et depuis le début de la décennie, les ventes ont explosé pour atteindre 110 millions d’unités vendues, en 2017.

Ces ventes vont encore croître en raison de la hausse des revenus, de la croissance démographique ainsi que de la baisse des prix unitaires des équipements particulièrement dans les économies émergentes comme le Vietnam et l’Indonésie.

L’année dernière, cette demande croissante en électricité pour la climatisation a été qualifiée par l’Agence internationale de l’énergie comme étant l’un des angles morts les plus critiques du débat actuel sur l’énergie.

À l’horizon 2050, la climatisation sera la plus grande source de l’augmentation de la demande en électricité après l’industrie des technologies, ce qui entraînerait de graves conséquences sur le climat.