Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

45 millions de tonnes d’émissions évitées par le recyclage des frigorigènes

L’Association des Distributeurs, Conditionneurs, Récupérateurs et Retraiteurs de Réfrigérants (ADC3R) vient de remettre un rapport sur l’évaluation économique des émissions évitées par al filière du recyclage des frigorigènes.

La constat est rapide : une étude indépendante menée par le CITEPA et la Chaire Économie du Climat Paris Dauphine révèle que ce sont 45 millions de T Eq CO2 (Tonnes équivalent carbone) qui ont été évitées par la filière depuis 1993, soit l’équivalent d’une année de circulation automobile en France.

En effet, l’ADC3R se targue d’avoir mis en place un système innovant basé sur un principe d’économie circulaire : les Gaz à Effet de Serre Fluorés (GESF) sont recyclés et régénérés pour être réutilisés dans la même application.

L’association a aussi profité de l’occasion pour confirmer sa volonté de parvenir à 65 millions de T Eq CO2 évitées d’ici à 2030. Pour ce faire, elle entend :

  • accompagner les acteurs du secteur vers l’utilisation de produits à faible PRP (GWP – Global Warming Potential) ;
  • poursuivre l’amélioration des processus de recyclage et de régénération ;
  • aider au contrôle des émissions sur l’ensemble de la chaîne.

L’ADC3R assure que ces engagements se font dans l’esprit de la COP21 qui, au delà des mesures actées, avait introduit l’idée d’un « engagement volontaire » qui irait plus loin que les réglementations actuelles.

On ajoute également que si on retient la valeur de la tonne équivalent carbone préconisée en 2008 par les travaux du conseil d’analyse stratégique, les économies réalisées de 1993 à 2013 se chiffrent à 2,4 milliards d’euros pour la collectivité.

Et, cerise sur le gâteau selon l’ADC3R, ces solutions donnent l’opportunité aux acteurs de la filière d’améliorer leurs performances économiques.

L’ADC3R a été fondée en 2013 par Climalife, Calorie Fluor, Créalis, Gazechim et Westfalen, qui souhaitaient que la filière soit représentée officiellement. Elle se pose aujourd’hui comme un interlocuteur des pouvoirs publics et des associations professionnelles dans les discussions concernant la réglementation.