Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

Installation du premier Tesla Powerwall au Royaume-Uni

ROYAUME-UNI – La première installation d’un système Tesla Powerwall vient d’être faite au Royaume-Uni : un électricien gallois, détenteur d’un système solaire, a fait l’acquisition du système de stockage énergétique, qui fait grand bruit.

Mark Kerr, l’heureux propriétaire, a décidé de faire cette acquisition pour permettre à sa famille de mieux profiter de l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques installés sur son toit. Auparavant, la famille revendait l’électricité en trop, mais avec cette nouvelle installation elle sera capable d’en profiter elle-même.

Dans une interview au journal The Guardian, M. Kerr a commenté : « C’est clairement l’avenir. Pour moi, c’est la suite logique. Nous avons des panneaux solaires mais nous avons besoin d’un moyen de profiter au maximum de l’énergie qu’ils produisent. Nous ne sommes jamais là la journée, et nous ne profitons donc pas de la quantité énorme d’énergie produite. Ce système de stockage nous permettra de stocker l’énergie que nous n’utilisons pas la journée pour en profiter pendant les soirées. »

M. Kerr a aussi souligné l’aspect esthétique de l’équipement, disant que « c’est un équipement technologique absolument sublime, le design est très beau et minimaliste, et on peut vraiment l’accrocher comme une oeuvre d’art (…). »

Le système a été installé par une compagnie appelée SOLAR PLANTS, basée à Port Talbot, dans le sud du pays de Galles. Le directeur de SOLAR PLANTS, Olivier Farr, a révélé que 3 000 clients avaient été informés par e-mail du nouveau système, et que sur les 1 500 clients ayant ouvert le courriel, 600 souhaitaient aussi installer ce nouvel équipement.

La famille Kerr a toutefois eu de la chance, puisqu’elle a profité d’une installation gratuite : SOLAR PLANTS voulait voir le système fonctionner avant de le vendre à d’autres clients.

Des rapports disent que l’amortissement de l’appareil est très long et peut aller jusqu’à dix ans, ce à quoi M. Kerr a répondu : « Il ne s’agit pas que d’argent. Nous faisons attention à l’environnement, et c’est la bonne chose à faire. »