Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

Swegon nous renseigne sur la loi nZEB

MONDE – SWEGON, au travers de son site air academy, informe les consommateurs sur les changements qui peuvent être attendus avec la nouvelle loi nearly Zeo Energy Building (nZEB), qui prendra effet en 2020. La compagnie, avec l’aide de Carlos Lisboa, a donc produit une série d’articles qui agissent comme une guide du consommateur en vertu de la nouvelle loi nZEB.

La directive européenne 2010/31/EU (EPDB), dans l’article 9, stipule que les états membres devront, au 31 décembre 2020, s’assurer que tous les bâtiments neufs sont des bâtiments nZEB, et que les bâtiments occupés par la fonction publique et dont l’état est propriétaire le soient dès 2018. Il faut également que les états membres bâtissent des plans nationaux pour augmenter le nombre de bâtiments nZEB, et fournir des aides aux bâtiments qui se transformeraient ou se rénoveraient pour devenir nZEB.

Un bâtiment nZEB est défini dans l’article 2 comme un bâtiment qui a une très forte performance énergétique, et dont les besoins énergétiques, extrêmement faibles, doivent être couverts en très grande majorité par des énergies renouvelables (EnR), avec une préférence pour les énergies produites sur site ou de façon locale.

SWEGON note donc que l’adoption des normes nZEB induirait des changements dans la gestion énergétique, notamment le stockage et la flexibilité. Ce besoin de flexibilité est dû à la part importante d’EnR, et l’entreprise assure que les bâtiments doivent être conçus avec cette flexibilité en tête.

SWEGON pense que le stockage énergétique est le moyen le plus simple de régler le problème de la flexibilité énergétique, mais que d’autres options sont aussi possibles : bénéfices financiers pour les économies énergétiques, changement des heures de travail, etc.

SWEGON a révélé aujourd’hui que l’efficacité énergétique était surtout déterminé, pour eux, par la conception intégrée des bâtiments, l’optimisation des solutions passives et des systèmes actifs et l’usage de technologie efficace. Dans le projet européen MaTriD (Market Transformation Towards Nearly Zero Energy Buildings Through Widespread use of Integrated Design – Transformation du Marché vers des bâtiments à faible coût énergétique à travers la généralisation de la conception intégrée), il est dit que « la conception intégrée est une approche qui considère autant la conception des bâtiments que les solutions physiques disponibles pour optimiser les bâtiments de façon systémique à travers leur cycle de vie. Dans les premières phases de conception, les opportunités d’influencer de façon positive la performance du bâtiments sont importantes, tandis que les changements au sein de la conception n’entraînent que peu de coût et d’ennuis.

Pour être qualifié d' »intégrée », une approche doit prendre en compte des critères tels que la collaboration au sein d’une équipe de conception multi-disciplinaire ; la discussion et l’évaluation de plusieurs concepts de conception alternatifs ; des buts clairs ; l’optimisation de la performance tout au long du cycle de vie du bâtiment ; du monitoring passif ; l’optimisation des solutions passives. Lors d’un processus de conception intégrée, le confort intérieur et les basses consommations énergétiques doivent être permis par des mesures passives de conception et, enfin, par des systèmes techniques efficaces et en petit nombre.