Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

Chaque acteur de la filière des pompes à chaleur doit veiller sur la qualité

L’Afpac (Association française pour les pompes à chaleur) a réuni l’ensemble des acteurs de la filière des pompes à chaleur afin de lutter contre les éco-délinquants et de sensibiliser les particuliers à la question de la qualité. L’Association prépare également une charte qui sera présentée officiellement au salon Interclima, en novembre.

Pour les professionnels du secteur, le dispositif lancé par le Gouvernement, « coup de pouce », afin d’encourager les ménages à remplacer leurs chaudières, présenterait des risques. En effet, des entreprises peu consciencieuses pourraient proposer aux clients des offres très attrayantes, mais qui peuvent être néfastes avec une qualité douteuse.

Chaque mois, 20 000 dossiers de demande de remplacement sont déposés, selon les précisions de la DGEC (Direction générale de l’énergie et du climat). La DGEC enregistre, par ailleurs, 40 % de travaux engagés au sein des ménages très précaires et précaires.

Les éco-délinquants constituent une véritable préoccupation pour la filière des pompes à chaleur. Ces structures sont identifiées par l’Afpac comme des vendeurs de chaudières à 1 € sur les marchés et les foires. Ces derniers disparaissent après avoir demandé un acompte important aux acheteurs.

L’Afpac indique que le Gouvernement s’est un peu précipité dans sa communication. En effet, une pompe à chaleur à 1 euro n’existe pas. L’enjeu pour l’Association est d’informer en toute transparence. Pour l’heure, 8 400 installateurs sont certifiés Qualifelec, Qualipac et Qualibat.

Le secteur souhaite également une clarification du dispositif quant aux délégataires puisque le label RGE n’apporte toujours pas de précision concernant les compétences de l’artisan dans le domaine de la pompe à chaleur. L’Afpac propose également une mise en place des aides spécifiques à l’entretien des installations en raison de l’importance des opérations de maintenance.

Depuis janvier 2019, les professionnels suspendus pour erreur avérée ne représentent que 0,5 % des dossiers. L’Association rappelle également aux particuliers qu’il est indispensable de réfléchir avant de signer, sans oublier le délai de rétractation.

L’Afpac prévoit également de présenter et de proposer une charte pendant l’édition 2019 du salon Interclima en novembre afin de fédérer et mobiliser davantage la filière.