Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

Recherche d’alternatives au gaz dans la filière avicole

Dans le domaine de l’aviculture, on recherche activement d’autres modes de chauffage pouvant réduire la dépendance ou affranchir la filière au gaz pour le chauffage des poulaillers. Actuellement, la majorité des poulaillers utilisent des chauffages fonctionnant au gaz propane.

Si l’investissement dans le chauffage fonctionnant au gaz s’avère peu onéreux et facile à utiliser et à mettre en place dans une salle d’élevage, le CO2 produit par la combustion augmente l’hygrométrie à l’intérieur du bâtiment. Ce qui augmente le risque d’incendie. En plus de cela, la fluctuation du prix du gaz pousse les éleveurs à rechercher des alternatives à cette énergie fossile.

Les chaudières à biomasse sont davantage prisées par les aviculteurs qui y trouvent une réelle alternative au gaz. La chaudière bois permet également aux éleveurs de ne plus dépendre du gaz, mais ils peuvent maintenir l’utilisation du chauffage au gaz en cas de panne de celle-ci.

L’autre solution de chauffage qui permet de chauffer le bâtiment et de valoriser la toiture de celui-ci est le solaire thermique. Toutefois, pour une énergie intermittente ne permettant pas la couverture des besoins en hiver, l’investissement pour l’installation du dispositif reste très élevé.

La combinaison du photovoltaïque à la pompe à chaleur est également une autre alternative. La pompe à chaleur, aérothermique ou hydrothermique, permet de couvrir une partie du chauffage du bâtiment. Le gaz demeure, toutefois, indispensable en secours et en appoint. Quant aux panneaux photovoltaïques, il est possible d’obtenir une énergie permettant l’éclairage et la ventilation du bâtiment.

Pour le chauffage des poulaillers, ces différents systèmes de chauffage permettent aux éleveurs de prétendre aux aides du Fonds Chaleur. Pour ce faire, ils peuvent s’adresser à l’Ademe. D’autres aides de la Région peuvent également les accompagner dans leurs investissements.