Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

CREATION D’UNE PREMIERE CELLULE DE STOCKAGE D’ENERGIE SOLAIRE

 

ÉTATS-UNIS – Des chercheurs de l’Université de l’Etat de l’Ohio ont mis au point un dispositif permettant de capter l’énergie du soleil et de la stocker sous forme d’électricité dans une « batterie solaire » combinée.

La batterie solaire est composée d’un panneau solaire doté d’une maille recouverte de colorant rouge, faisant office d’électrode et d’une batterie lithium-oxygène. Le haut de la batterie est constitué d’un panneau solaire à mailles perméable à base de gaz de titane avec des tiges de dioxyde de titane. Cet élément fonctionne comme une première électrode de la batterie. En dessous, se trouve une fine feuille de carbone faisant office de seconde électrode sous laquelle est placée une autre plaque de lithium. Cette technique imitant celle d’une batterie a besoin d’air pour fonctionner selon M. YIYING WU, professeur de chimie et de biochimie à l’Université de l’Etat de l’Ohio. Les couches de cette batterie respirante sont perméables à l’air.

Le contact de la lumière avec la maille crée des électrons. Ces derniers sont ensuite utilisés afin de convertir le peroxyde de lithium contenu à l’intérieur de la batterie en ions lithium et d’oxygène. Les ions lithium sont stockés dans la batterie au lithium sous forme de métal et d’oxygène qui sera libéré dans l’air par la suite. La batterie respire pendant qu’elle se recharge. Inversement, elle prend l’oxygène de l’air afin de reformer le peroxyde de lithium pendant qu’elle se décharge.

L’utilisation de différents composants tels les colorants sont des moyens que YIYING WU et son équipe ont utilisés pour prolonger la durée de vie de la batterie. À partir du test de la batterie, ils ont pu constater que la durée de vie de la batterie est comparable à celle des accumulateurs déjà disponibles sur le marché. Les chercheurs estiment que cette nouvelle batterie solaire contribuerait à la réduction des coûts à moins de 25 % pour les systèmes de batterie des modules solaires combinés. L’Université de l’Etat de l’Ohio bénéficie d’une licence de technologie de l’industrie.