Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

L’Asercom prend position envers la prolifération des fluides frigorigènes

FRANCE – Vu l’existence d’environ 300 fluides frigorigènes sur le marché, l’Asercom vient proposer une classification de ceux-ci en fonction du domaine d’application. Elle exprime sa position à ce sujet dans un communiqué, les principales raisons étant les changements en termes de réglementation de ces fluides (F-Gas, écoconception) et l’attachement de l’Asercom à ces réglementations au profit de l’environnement. A partir de 2017/2018, une fois réduite la quantité de HCF, il faut avoir en vue de produire des équipements à haut niveau d’efficacité énergétique avec impact environnemental des plus bas. Comme il y a déjà environ 300 réfrigérants sur le marché, disponibles ou en cours de développement, il ne faut pas minimiser le risque d’une prolifération de molécules. Suite à une analyse des produits CVC, l’association en a isolé 40 à 50 groupes environ, en y ajoutant comme critère les trois types de climat aussi (froid, moyen, chaud). Elle considère que c’est très important de réaliser une telle classification en fonction du domaine d’application aussi (froid commercial, industriel, semi-industriel…).

L’association a déjà évalué le potentiel des réfrigérants et leur impact sur le coût des équipements à long terme. Les recherches ont été appliquées à tous les molécules – fluides naturels comme R 744 (CO2), R 600a, R 290 et R 717 (ammoniac), les HFO (à évaluer) et les mélanges HFC, HFO azéotropique. Beaucoup de réfrigérants sont des mélanges de type A2L, inflammables, mais aussi avec haut degré de glissement de température, l’impact thermodynamique du glissement produisant des changements dans les performances de ces derniers par rapport aux performances déclarées.
L’Asercom affirme que les producteurs garantissent une durée de vie de 15 à 20 ans pour leurs équipements. Il y a beaucoup de tels producteurs à avoir cherché des agents réfrigérants alternatifs pour certaines applications, mais le temps de développement d’un équipement est de 12 mois au minimum pour une simple qualification et 3 ou 4 ans sont nécessaires pour un processus de développement complet. Les membres de l’association garantissent leurs produits en termes de qualification des réfrigérants.

Dans ce contexte, « l’effort de développement ne peut être réalisé que sur quelques fluides frigorigènes sélectionnés qui présentent un fort potentiel au regard d’essais préliminaires. Seule une approche focalisée permettra à l’industrie de réaliser la réduction progressive ciblée dans l’espace de temps donné ».