Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

Utiliser la peinture pour refroidir les bâtiments, c’est possible !

La consommation des systèmes de refroidissement des bâtiments représente actuellement environ 10 % de l’électricité produite annuellement dans le monde. Selon le rapport de l’International Energy Agency (IEA), cette situation va encore s’aggraver dans les 30 prochaines années, étant donné que de nombreux pays chauds et très peuplés comme l’Inde sont encore peu équipés de système d’air conditionné. Pourtant, une autre technologie qui utilise la peinture pour refroidir les bâtiments est actuellement en train de révolutionner ce secteur.

Comment un tel revêtement peut-il servir à refroidir un bâtiment ?

Selon l’IEA, pour assurer le refroidissement des bâtiments, il faudrait déployer des systèmes d’air conditionné plus efficaces et travailler sur les technologies qui favorisent la réduction de la facture énergétique des bâtiments.

Comme solution, une équipe de chercheurs de l’université américaine de Columbia a élaboré un revêtement polymère permettant de réfléchir efficacement le rayonnement solaire. Ce matériau est également capable d’émettre de la chaleur dans les parties lointaines et froides de l’univers. Il permet donc de refroidir la surface peinte et exposée au soleil, sans avoir besoin d’énergie, tout en réduisant l’effet de serre sur terre.

Mais une telle technologie existe déjà sur le marché, non ?

Oui, de nombreux matériaux réfrigérants sont actuellement commercialisés. Le fait est qu’ils sont onéreux et résistent mal à la corrosion. De plus, ils ne sont pas souvent applicables sur les surfaces existantes, sauf les peintures blanches classiques qui ne reflètent que 85 % du rayonnement solaire.

Pour contourner ce problème, l’équipe de chercheurs a donc choisi de remplacer les pigments par des cavités remplies d’air. Cela a permis au matériau de perdre 100 W d’énergie par mètre carré, soit de réduire la température de 3 °C dans la zone tropicale du Bangladesh et de 6 °C dans la zone aride de l’Arizona.

En outre, le matériau est plus facile à appliquer et économique. Il pourrait même servir dans d’autres applications comme le revêtement des véhicules, des avions ou bien des engins spatiaux.