Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

Appel à la liberté de l’éco-conception pour la ventilation

BELGIQUE – Un certain nombre de groupes de puissants fabricants appellent à une exemption de pièces de rechange compte tenu des exigences en matière d’éco-conception pour les ventilateurs.
A partir du 1er janvier 2015 les équipements de ventilation doivent se conformer aux exigences d’efficacité énergétique avec la norme relative à l’éco-conception sur les ventilateurs EU327 / 2011. Cela inclut les ventilateurs de remplacements fournis comme pièces de rechange pour une incorporation dans des produits existants.
Des groupes de représentant des fabricants HVAC ont été rejoints par l’industrie de l’électronique. Cette dernière a soutenu que le remplacement des ventilateurs existants par des modèles fonctionnels conformes aux exigences en matière d’éco-conception est disproportionné, techniquement difficile et préjudiciable à l’environnement.
EPEE, le représentant de la réfrigération européenne, de l’industrie de la climatisation et de pompe à chaleur, a été rejoint par l’Association européenne de l’industrie de ventilation (EVIA), la puissante association japonaise des fabricants d’équipements de climatisation et de réfrigération JRAIA. L’Association des entreprises japonaises en Europe (JBCE) et DigitalEurope, représentant de l’industrie de la technologie numérique européenne les ont également rejoint pour demander une exemption sur les pièces détachées.
Bien que favorable aux normes d’éco-conception en général, le groupe a soutenu que dans ce cas particulier, il sera impossible de simplement remplacer un ventilateur sans affecter les autres composants d’un produit. En outre, il a soutenu qu’il implique des modifications techniques qui peuvent être de grande envergure si la performance globale du produit ne doit pas être affectée négativement. Par exemple, si un ventilateur AC doit être remplacé par un ventilateur EC, il est nécessaire de changer les contrôles. Cela nécessite de nouvelles cartes électroniques supplémentaires et peut entraîner des complications importantes dans le cas de la construction de systèmes de gestion.
Il soutient également que la réparation de fuite nécessite des changements de dispositifs de sécurité, la documentation et la déclaration de conformité doivent être adaptées en conséquence ainsi que le service.
Le personnel doit être formé pour gérer en conséquence pour gérer les nouveaux parcs de ventilation. Le groupe maintient que la non-application des modifications techniques requises pourrait avoir un impact important. Cela pourrait inclure les questions de sécurité, perte de performance, et non-conformité à la norme CE. L’application de tous les changements nécessaires, d’autre part, va générer des coûts de service disproportionné pour le consommateur.
Outre une augmentation significative des coûts pour les utilisateurs et les fabricants, le groupe insiste sur le fait qu’il pourrait générer la production de déchets supplémentaires en raison de la réduction de la durée de vie utile de l’équipement en cas de panne du ventilateur.
Le groupe craint que bien que les fabricants peuvent stocker les ventilateurs existants. Il sera difficile de prévoir la quantité nécessaire pour le remplacement des installations défaillantes dans la première année d’utilisation. Toutes les pièces de rechange qui ne seront pas utilisées deviendront des déchets, affirme-t-il.
En outre, étant donné l’important coût supplémentaire pour la réparation, les consommateurs peuvent opter pour un appareil neuf plutôt que de réparer leur produit existant. Encore une fois, le coût et les déchets générés seront plus importants alors que la durée de vie utile de l’appareil sera considérablement réduite.