Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

Production de froid – La filière veut être plus éco-responsable

La filière de la production de froid est face à de multiples défis énergétiques et environnementaux en plus de l’interdiction de l’usage de certains fluides frigorigènes d’ici 2025. Une technologie novatrice et efficiente en énergie promet d’utiliser uniquement de l’électricité et de l’eau pour produire du froid. Il s’agit de l’invention de la start-up AlpinovX qui s’appuie sur le vide pour assurer la production de froid.

De façon plus concrète, il s’agit d’un procédé breveté basé sur le principe que moins il y a de pression, moins il y a d’énergie nécessaire pour évaporer un liquide. Ainsi, l’eau contenue dans un caisson s’évapore de façon naturelle en présence de vide. Ce vide est, par ailleurs, créé à l’aide d’une turbo-cryo-pompe, un dispositif moins énergivore par rapport aux pompes à vide. L’eau s’approprie le vide en produisant du froid puisque, pour s’évaporer, elle utilise des calories. Les échanges thermiques se feront donc adossés au caisson, pour les futures applications.

AlpinovX vise le marché de la production de neige artificielle pour démarrer son industrialisation. Un démonstrateur à échelle 1 a, d’ailleurs, été construit. Cette première application dispose de nombreux atouts énergétiques et d’efficience hydrique.

En effet, la production de neige de culture actuelle engendre 30 à 35 % de perte en eau. De plus, les plages horaires où les températures sont idéales pour cette opération diminuent de plus en plus. Ce qui pousse les stations à augmenter le nombre des canons à neige et la pression sur la ressource en eau.

L’unité conçue par AlpinovX sera en mesure de consommer 2 à 3 fois moins d’énergie par rapport à une enneigeuse traditionnelle, et ce, sans perte en eau. Le démonstrateur a déjà été testé sur 3 stations, mais la commercialisation de la version définitive du générateur se fera à la prochaine saison de ski.

De nombreuses discussions avec la grande distribution ont été engagées afin de tester le procédé en début 2020 ou à la fin de l’année. D’autres réflexions avec différents gestionnaires d’utilités dans le secteur commercial et industriel, voire celui des réseaux de froid (refroidissement urbain), sont également en cours.