Dédié à l'industrie du chauffage, de la ventilation,
de la climatisation et de la réfrigération.

Le marché HVAC pourrait atteindre 400 milliards de dollars en 2024

En se référant à la dernière étude de Global Market Insights, le marché mondial du chauffage et de la climatisation (HVAC) pourrait atteindre 400 milliards de dollars en 2024, contre 200 milliards de dollars en 2017. Ce marché est donc sur le point de connaître une croissance accélérée au cours des prochaines années, principalement en raison de préoccupations environnementales croissantes.

Poussés par le besoin urgent de réduire les émissions de dioxyde de carbone, les gouvernements mondiaux et régionaux ont mis en œuvre des mesures réglementaires appropriées qui ont renforcé le maintien de cette industrie. Cette croissance est également renforcée par les investissements de plus en plus importants de divers établissements commerciaux et résidentiels dotés d’un système de chauffage et de climatisation centralisé dans les pays émergents.

Par ailleurs, les conditions climatiques extrêmes dues à la hausse des températures, principalement à travers le Moyen-Orient, favoriseront le paysage commercial. À cela s’ajoutent la facilité d’installation, la réduction des coûts d’exploitation, la viabilité économique et les performances environnementales des installations HVAC ; la mise en œuvre croissante de politiques réglementaires relatives aux émissions de carbone et l’adoption croissante de technologies énergétiques durables.

Parmi les politiques réglementaires récentes, on cite par exemple la loi américaine sur la protection de l’air en vertu de la loi relative à la lutte contre la pollution atmosphérique (Clean Air Act). Ce texte régit les rejets de polluants atmosphériques, notamment les émissions de NOx, de SO2 et de CO2 dans l’atmosphère. La Commission européenne a aussi lancé un plan visant à déployer et à promouvoir les systèmes SDH en Italie, au Danemark, en Allemagne et en République tchèque (le plan SDH vise à ajouter une capacité d’environ 8 GWth d’ici 2020). Enfin, en 2015, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) des États-Unis a introduit une réglementation en matière d’émission de carbone pour les nouvelles centrales. Le règlement intègre des normes NSPS visant à limiter les émissions des centrales au charbon et des centrales au gaz naturel.